L’essentiel des plantes

Vous expliquer l’essentiel des huiles essentielles n’est pas chose facile, mais avec l’engouement toujours grandissant pour l’aromathérapie, je pense qu’il est essentiel d’en connaître au moins les grandes lignes.

L’aromathérapie, c’est votre jardin, votre cuisine. La ciboulette, le persil, le basilic sont des exemples de plantes toutes familières dont les vertus sont liées à leurs composantes aromatiques.  Même la simple pomme sera davantage tentante et savoureuse en sachant que sa concentration en aromate est importante.

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles se définissent comme des concentrés de composés aromatiques reconnus pour leurs puissantes propriétés thérapeutiques. Ce sont des quintessences utilisées depuis des millénaires notamment en Inde, en Chine et dans le bassin méditerranéen.

L’efficacité d’une huile essentielle dépendra en grande partie de la manière dont la plante aromatique a été traitée pour en extraire la quintessence. Il n’est pas vain d’insister sur cet art alchimique qu’est la distillation par entraînement à la vapeur d’eau, sous basse pression et sans détartrant chimique. Il faut aussi que la plante soit naturelle à 100 %, pure, et qu’elle soit récoltée selon les règles. En fait, les huiles essentielles sont comme les bons vins ! Elles sont influencées par l’environnement, l’altitude et l’endroit. Une plante aromatique fournira donc des huiles essentielles totalement différentes selon le lieu de sa récolte ou son origine.

La question que beaucoup de gens se posent : comment faire pour savoir si une huile essentielle est de qualité ? En fait, vous devriez être en mesure de retrouver sur la bouteille une description détaillée des spécifications botaniques, à partir du nom latin complet, comprenant le genre, l’espèce et le chémotype. Par exemple, sur l’inscription Eucalyptus Radiata, Eucalyptus représente le genre et Radiata, le chémotype ou la spécificité chimique.

Biochimiquement, deux chémotypes différents présenteront non seulement des activités thérapeutiques différentes, mais également des toxicités très variables. C’est pourquoi le nom complet est si important. Saviez-vous qu’il y a plus de 3000 sortes d’eucalyptus ?! La méconnaissance de cette distinction entre divers chémotypes et le manque de précision dans l’identification de certaines huiles essentielles laissent la porte ouverte aux incidents reliés à leur toxicité et aux échecs thérapeutiques.

Un exemple : Thymus vulgaris (Thymus – le genre ; vulgaris – l’espèce)

Premier chémotype : Thymus vulgaris thuyanol. Cette huile essentielle aux propriétés anti-infectieuses importantes a, de plus, une action stimulante et régénératrice des cellules hépatiques. Très sûre d’emploi, elle est dépourvue d’effets secondaires.

Second chémotype : Thymus vulgaris thymol. Fortement antibactérienne, cette huile essentielle est aussi dermocaustique et hépatotoxique à doses élevées et prolongées.

Une autre chose très intéressante à savoir, c’est la partie de la plante (organe sécréteur) qui a été distillée : la fleur, la feuille, la racine, l’écorce, le rhizome, le fruit, etc.

Prenons l’exemple de l’orange amère. Il y a trois produits possédant ce nom et ce genre, mais ils ne sont pas au même prix !…  » Hum…direz-vous, je prendrai la moins chère ! « 

Mais qu’avez-vous choisi exactement ? Une bouteille de zeste, de feuille ou de fleur ? Vous connaissez le genre, l’espèce, mais il vous manque un élément important :

  • Le zeste est recommandé pour la cellulite ;
  • La feuille est anti-spasmodique ;
  • La fleur est recommandée pour le stress et l’insomnie.

Il est important que vous sachiez qu’il n’y a pas de loi ni de norme en aromathérapie. C’est pourquoi il est important de connaître certains critères de base, car votre seule référence se trouve sur l’étiquette. Alors, prenez le temps de la lire !

J’espère qu’avec cette brève introduction à l’aromathérapie, vous serez un peu plus aux aguets et éviterez de vous exposer à certains effets indésirables, surtout par voie interne, ou encore à des déceptions côté efficacité.

Written by Marie-Lise Pelletier